Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Clôture des activités de soutien scolaire 2012

Publié le par Coeur du Congo

Le Dimanche 24 juin 2012 à 14h30, l’association Cœur du Congo a organisée la fête de clôture de ses activités de soutien à la scolarité. Les familles, les encadreurs pédagogiques et les membres étaient tous présents. Cinq enfants ont exposé sur le thème central de « l’enfant noir » du roman de Camara Laye.enfant noir

C’est un classique de la littérature africaine et le reflet d’une époque. Celle qui précède les indépendances. Paru en 1953, L’Enfant noir, de l’écrivain guinéen Camara Laye, décrit avec beaucoup de simplicité et d’humilité l’enfance de son auteur, de Kouroussa où il est né à Conakry où il a étudié, avant de s’envoler pour la France.

Le programme très alléchant a présenté des prestations de très belle facture, en attestent les images ci-dessous. Les enfants, nous ont tenu en haleine durant deux heures.

Les exposés ont débuté avec la présentation du programme de la journée par Rodrigue Roland MAFOUANA, encadreur pédagogique et pour la circonstance maître de cérémonie. Ensuite ce fut le tour des exposants. Dans l’ordre chronologique :

IMG 0041- Khéphren PANGOU, pour une présentation des chapitres 1 & 2 :

L'enfant qui fait l'objet du titre de l'ouvrage nous y est présenté pour la première fois. Outre la description des lieux de son enfance : la concession, l'atelier du père, la case de la mère, celle du père et de la véranda attenante où il aime jouer, le chapitre évoque la lente initiation de l'enfant aux significations du serpent, l'animal totem du clan des forgerons, dont l'enfant se demande s'il l'héritera, ou s'il lui préférera le chemin de l'école.

 Le père de l’enfant, qui est orfèvre (avec un griot qui est censé inspirer l'artisan) s'est purifié un matin suivant les exigences rituelles, prévenu par son génie de la tâche qu'il aurait à accomplir ce jour-là (création d’un bijou en or pour une dame). L'enfant apprécie la transformation quasi magique de l'or en bijou et l'extraordinaire travail de son père, qui est aidé dans sa tâche par la présence du petit serpent noir. Mais la mère de l’enfant ne partage pas l'admiration de celui-ci, croyant au contraire que le travail de l'or ne peut que nuire à la santé de son mari.

IMG 0042- Véréna LOMBOTO, pour les chapitres 3 & 4 :

La visite à la concession de son oncle Lansana représente un moment privilégié pour l'enfant, qui fait le voyage de Kouroussa à Tindican. Ce voyage se caractérise par des dialogues enjoués qui aident l'enfant à supporter la difficulté de marcher si longtemps et finit par l'accueil de l'enfant par sa grand-mère. L'enfant passe son séjour à Tindican à jouer avec les autres enfants. La moisson du riz du mois de décembre est un effort communautaire puisque toutes les familles font la récolte générale le même jour. Les hommes sont responsables de la moisson, les femmes, de leur côté, sont responsables de nourrir les travailleurs et les enfants. La moisson est présentée comme un événement joyeux auquel la communauté participe avec allégresse, chantant et travaillant au rythme du tam-tam.

IMG 0044- Loïck PEYA, nous apprend dans les chapitres 5 & 6 :

 Que, à Kouroussa, l’enfant noir demeure chez sa mère, à la différence de ses frères et sœurs, qui dorment chez leur grand-mère paternelle. C'est dans ce chapitre que l’enfant nous fait le portrait de sa mère, une femme généreuse qui est chargée de la préparation de la nourriture, de l'éducation des enfants. Elle traite les apprentis de son mari comme ses propres enfants, les nourrissant et s'occupant de tous leurs besoins. Cette femme se distingue non seulement par sa naissance noble et son air d'autorité, mais surtout par ses pouvoirs spéciaux qui lui viennent de sa position de celle qui suit les jumeaux et du totem familial, le crocodile. L’enfant fréquente l'école coranique et, plus tard, l'école française.

IMG 0057- Nicolas LOUBAKI, nous a fait un brillant exposé des chapitres 7 & 8 sur  le rite de Kondèn Diara, qui constitue la première épreuve de l'initiation des jeunes incirconcis au monde adulte. Le soir de la veille du Ramadan, les enfants à initier sont cueillis par une troupe hurlante, et participent tous à une fête communautaire, après laquelle ils subissent tous la cérémonie des lions dans un lieu sacré de la brousse. Préparés par le rite de Kondèn Diara, les garçons de douze, treize et quatorze ans subissent ensuite la cérémonie de la circoncision, épreuve caractérisée par la douleur aussi bien que par la peur. Après une semaine de préparations festives pendant lesquelles les garçons, habillés des boubous cousus, reçoivent des cadeaux et dansent à maintes reprises le Coba, danse réservée aux futurs circoncis.

IMG 0049- Killian KIMINOU, dans le chapitre 9 nous expose  le récit des adieux à Kouroussa. L’enfant décrit ses adieux à sa mère, à son père, à ses frères et ses sœurs. Le départ du jeune homme est marqué par le déchirement et la tristesse de l’enfant, qui est accompagné à la gare par ses frères et sœurs, Fanta, et des griots.

Dans le chapitre 10, il parle du voyage de l’enfant, avec une description détaillée des sentiments de ce dernier lors de ce voyage. Arrivé à Conakry, l’enfant réside avec son oncle et ses deux femmes. Il raconte les premiers jours d'école aussi bien que sa conversation avec son oncle et ses tantes.

Lors de sa deuxième année de collège, l’enfant voit régulièrement son nom au tableau d'honneur. C'est pendant cette période qu'il rencontre Marie, ils partagent une sorte d'amitié profonde, mais les tantes de l’enfant taquinent les deux jeunes.

- Nicolas LOUBAKI, pour clore, nous parle dans le chapitre 11 du récit de la grande amitié de l’enfant  avec Kouyaté et Check, ses camarades d'enfance. De son premier grand deuil suite à la mort de Check en  sa présence et de Kouyaté qui était très malade. Dans le chapitre 12, L'enfant voyage pour la France pour poursuivre ses études.

IMG 0030Madame Patricia LOUBAKI encadrante pédagogique, qui a participé activement à la préparation et à l’organisation des exposés que les enfants ont présenté, nous a fait une synthèse des différentes interventions et une très belle conclusion. Les enfants ont reçu en cadeau un exemplaire du roman.

Un rafraîchissement a été offert aux invités et un repas a été servi à tous les participants qui ont pris part à cette fête de clôture. Nous disons « Bonne vacance » aux enfants et à l’année prochaine. Merci aux encadreurs pédagogiques, merci au bureau de l’association et aux membres pour leur implication.

Pour visionner les photos Cliquez sur le lien: Photos clôture soutien scolaire 2012.

Commenter cet article